Pourquoi nous ne pouvons pas nous passer de la Google Search Console?

La Google Search Console est l’outil qui fait le lien entre les robots Google et les internautes humains.

Utilisation de la Google Search Console

Mais en fait, c’est quoi la Google Search Console?

La Google Search Console (GSC pour les adeptes) est souvent citée par les experts de marketing digital, SEO, SEA ou Analytics. Parfois décriée, souvent adoubée, cet outil de Google aide le webmaster dans son travail. Pour l’utiliser, il faut au préalable valider son site via différentes méthodes possibles. Le but de cette manipulation est de prouver à Google que l’on est bien le propriétaire du site en question. Une fois cette étape effectuée, nous avons accès à un tas de données: qualitatives comme les requêtes tapées par les internautes pour trouver notre site; et quantitatives comme le nombre de ces mêmes requêtes. Ou encore, la Google Search Console nous indique avec précision la position de notre site dans les pages de résultats de recherche selon les expressions. C’est un outil qui fournit à ses utilisateurs une grande multitude de données pour optimiser et gérer son site internet ou celui de son client.

Un véritable couteau suisse

La Google Search Console est un véritable couteau suisse pour le suivi de son site web. Elle permet d’avoir accès à vaste panel de données pour effectuer un tas d’opérations. Opérations que nous effectuons au quotidien sur les sites que nous devons optimiser et voir performer. Non seulement la Google Search Console nous fournit une aide précieuse pour veiller à la position de notre site et voir sa progression ou régression, mais elle nous aide également pour apporter des modifications conséquentes à notre site.

Vous voulez connaître la position d’une page de votre site sur une requête précise dans un pays en particulier? La GSC vous la donne, avec la possibilité de choisir la période. Vous voulez contrôler si votre sitemap est à jour et connaître quand Google l’a crawlé pour la dernière fois? La Search Console vous le dira. Elle détaille énormément de sujets clés pour l’optimisation du traffic provenant des moteurs de recherche: fichier robots.txt, backlinks, ancres de liens, sécurité, indexation ou encore amp. La GSC vous informera si votre site est attaqué, s’il connaît des problèmes d’ergonomie mobile ou de performance.

La Google Search Console vous dit presque tout de votre SEO (référencement ou search engine marketing), mais regarder les données dans de jolis tableaux ne suffit pas. Notre métier chez Digital Cuts est d’exploiter ces données pour propulser le traffic, les engagements, les contacts et les ventes en améliorant la structure et le contenu des sites web, entre autres.

Un outil qui regorge d’astuces pour le SEO mais pas que…

On lit et entend souvent que la Google Search Console permet d’optimiser son SEO (Search Engine Optimization), et c’est vrai. Par exemple, avoir accès aux requêtes des internautes sur lesquelles notre site s’affiche dans les résultats de recherche, est essentiel pour optimiser son contenu et ses expressions importantes. Technique basique mais fondamentale pour toute stratégie de référencement web. A nous de l’exploiter pour optimiser le contenu, pour les internautes humains mais aussi pour les robots Google. Suivre ses positions permet d’inférer si une action entreprise sur notre site a eu un impact positif ou négatif sur notre référencement. La GSC indique le CTR (le taux de clic). Un taux de 5% par exemple, signifie que sur 100 personnes qui ont vu la description du site dans les résultats de recherche, 5 ont cliqué dessus. Le CTR est un indicateur très puissant pour optimiser les affiches des résultats des moteurs de recherche (notamment les titres, dits balises, et les textes de descriptions). Pour le SEA (Search Engine Advertising) ou référencement payant, des techniques similaires peuvent être appliquées afin d’optimiser ses annonces et les prix payés pour chacune.

Aperçu des fonctionnalités de la Search Console et astuces qui en découlent

Mais qu’est-ce que la Google Search nous permet-elle, concrètement, de faire? Non seulement des outils d’analyse de la performance, mais aussi des fonctionnalités techniques afin d’exécuter des actions directement pour les robots. La Search Console est le moyen pour communiquer avec les robots Google.

Les fonctionnalités de la Google Search ConsoleSuivi de la performance

Premièrement, la Search Console fournit des tableaux d’analyse de la performance SEO. Connaître le nombre d’impressions, le nombre de clics ou encore la position d’une page particulière dans les résultats de recherche, c’est facile avec la Search Console. Vous pouvez même évaluer les performances pour une page particulière de votre site, sur une requête particulière. Rien de mieux pour mesurer son travail SEO mais aussi et surtout pour saisir des opportunités. De plus, cette section vous donne également les requêtes exactes que tapent les internautes dans les recherches qui ont permis d’afficher vos pages dans les SERP et celles qui ont amené les clics. Ainsi, des indices sont donnés pour intégrer les requêtes importantes dans son contenu mais aussi d’optimiser les pages qui ne rankent pas sur des requêtes pertinentes.

Indexation manuelle

Sans doute la fonctionnalité la plus utile et simple d’accès, la possibilité offerte par la Search Console de demander à Google d’indexer une page de votre site. Nouveau site, nouveau contenu? Il est probable que Google mette du temps au début pour découvrir et venir sur votre site (ce que l’on appelle crawler) et indexer son contenu. Grâce à la Search Console, vous pouvez demander au robot d’accélérer ce processus.

Couverture des pages dans l’index Google

Autre fonctionnalité d’analyse pour améliorer son référencement web, cette section permet de connaître quelles sont les pages que Google a choisi d’indexer, mais aussi celles dont il n’a pas souhaité le faire. Autre force de ces données, la possibilité d’en connaître la raison et les erreurs rencontrées par Google lors du crawling. Ainsi, à l’aide de ces rapports, nous pouvons rapidement comprendre si le site est bien compris par Google ou non. Une bonne pratique est d’optimiser son crédit de crawl en n’indexant que les pages qualitatives et de vérifier si des pages de bonnes qualités sont exclues par Google. Dans ce cas, on tâchera de demander une indexation ou autre action si l’erreur est ailleurs.

Expérience utilisateur, vitesse du site et compatibilité mobile

De plus en plus, Google met l’accent sur les critères favorisant l’expérience utilisateur (UX). Ils peuvent être la simplicité de navigation, la vitesse des pages, mais aussi la compatibilité mobile. La Google Search vous donne des indications sur ces différents critères comme par exemple les pages trop lentes et les pages pas responsives. Ainsi, nous pouvons rapidement savoir quelles pages posent problème, pour quelles raisons et de réaliser les optimisations nécessaires. Les robots Google (et les utilisateurs) apprécieront.

Analyse du réseau de liens (backlinks et maillage interne)

Les liens qui pointent depuis d’autres sites vers le votre, aussi appelés backlinks, est un signal tellement essentiel en SEO. Cependant, il est devenu de plus en plus complexe car ce n’est plus uniquement la quantité de liens qui prévaut, mais la qualité de ceux-ci. Pour auditer vos backlinks, rien de mieux que la Google Search Console. Grâce à son rapport sur les liens, vous découvrirez tous les liens pointant vers votre site. Ainsi, vous serez peut-être surpris et verrez les liens toxiques et peut-être le travail à faire au niveau de l’acquisition de nouveaux liens. Outre les liens externes, on obtient aussi des données sur nos liens internes (maillage interne). Une bonne optimisation de celui-ci, en linkant les pages de bonne qualité dans le texte de vos pages ou articles est très puissant en référencement naturel afin d’améliorer votre positionnement dans les moteurs de recherche.

Fichier robots.txt et sitemap

Dans le coeur dans la Search Console et de ses fonctionnalités, vous avez la possibilité de soumettre à Google deux petits fichiers destinés uniquement aux robots (et non aux utilisateurs). Ces deux fichiers, sitemap et robots.txt doivent être présents à la racine du site web en question et permettent d’optimiser le crawl de Google. De ce fait, à travers ces fichiers, nous pouvons indiquer à Google la structure de notre site, les pages importantes mais également les pages qui ne lui serviront à rien. Ainsi, ce travail permet d’optimiser l’indexation et la compréhension de notre site internet par Google.

Autres fonctionnalités

En addition aux fonctionnalités exposées plus haut, la Search Console recense une multitude de possibilités. Par exemple, vous pouvez vérifier si votre site est victime de pénalité manuelle de la part de Google, mais aussi de savoir si votre site rencontre un problème de sécurité. En plus de cela, vous pouvez obtenir des statistiques sur l’exploration (crawl de Google), la qualité et la bonne structure de vos fiches produits si vous en avez, des éventuels problèmes avec vos fils d’ariane ou encore des logos présents sur votre site web. En bref, on n’arrête pas l’étendue de la Search Console et on ne peut définitivement pas s’en passer.

Encore plus performante couplée à d’autres outils et analyses

Savoir utiliser et exploiter la Google Search Console c’est bien, mais pas suffisant. L’idéal est de la compléter avec une analyse plus précise de données de la plateforme Google Analytics. Un outil que Google a développé afin de suivre le trafic de son propre site internet, sa source, ou encore le comportement de l’audience sur le site. Avec cet outil, on étoffe encore les données fournies par la GSC en allant plus loin. La clé est de ne pas utiliser ces deux plateformes de manière indépendante mais de les relier afin d’éviter le maximum de biais. Avec Analytics, on mesure. Avec la Google Search Console, on optimise. En couplant les deux outils et leurs données, on exploite pour plus de performances.